Archive pour avril 2010

Exploit d’une Parkinsonienne

Mardi 20 avril 2010

                       p3150031.jpg

p3150034.jpg

                        p315003301.jpg

Je veux montrer aux personnes atteintes de la Maladie de Parkinson que l’on peut, si on le veut, pratiquer des activités de tout genre.  La preuve est que moi-même ayant la Maladie de Parkinson,  j’ai eu l’audace et le courage de faire du ski en prenant deux leçons particulières.  Mon moniteur Yohann a eu la patience de me faire partager son loisir. Que de bonheur d’avoir pratiqué le ski et de prendre le tire-fesses que je ne connaissais pas , juste que d’en avoir entendu parler.  Je ne me sentais pas plus différente des autres personnes sur les pistes. C’est un message d’encouragement pour montrer que l’on a le droit de vivre la Maladie de Parkinson au grand jour. Qu’il faut absolument avoir aucune honte à être malade et se sortir de l’ombre pour ne pas s’isoler.

visite au Sénat

Vendredi 16 avril 2010

p4070057.jpg 

Je suis allée visiter le Sénat le 7 avril dernier, c’est un batiment immense.

          Le Sénat contrôle l’action du gouvernement,

A l’exception du vote d’une motion de censure, les sénateurs ont des pouvoirs identiques à ceux de leurs collègues députés en manière de contrôle du gouvernement, l’une des fonctions essentielles du Parlement. Depuis le 1er mars 2009, une semaine de séance sur quatre est réservée par priorité au contrôle de l’action du gouvernement et à l’évaluation des politiques publiques.

        Une assemblée ouverte, à l’écoute d’un monde en mouvement

A travers le monde, le bicamérisme connaît un essor remarquable. Plus de 70 pays ont adopté le système bicaméral. Le Sénat contribue à cette évolution en engageant des actions concrètes de coopération interparlementaire. Il est aussi à l’origine de l’Assocition des Sénats d’Europe, lieu d’échange d’expériences et qui accompagne la réflexion sur la création de secondes chambres dans les nouvelles démocraties.

Visite à Champceuil

Jeudi 15 avril 2010

p4130114.jpg L’hôpital Georges-Clémenceaux

jacques Président du Groupement de l’Orne et Michèle Fortin son épouse, sommes allés  montrer la projection du D V D  sur la maladie de Parkinson.

Mieux comprendre pour mieux soigner

Peu connue, la maladie de Parkinson ne touche pas uniquement la motricité, mais également le centre des émotions.

Maladie handicapante et dégénérative, Parkinson ne se guérit pas mais se combat.

Trois malades témoignent avec beaucoup de courage de leur quotodien, depuis le choc du diagnostic jusqu’à l’adaptation dans la vie de tous les jours. Un message d’espoir et de sensiblisation à cette maladie qui touche aujourd’hui plus de 200 000 personnes en France.Un vrai combat au quotidien.

Avec la Participation de Jean Paul Wagner

Anne Marie Israël

Malick Taïbi

Mieux comprendre pour mieux soigner

Avec la participation

Monsieur Dr Gilles Caplain

Pour les Effets secondaires et troubles du comportement ainsi que pour les traitements complémentaires.

Les soins ; les bons gestes et prise de médicaments

Mme Agnes Chabot

Premiers Etats Généraux pour Parkinson

Mercredi 14 avril 2010

p41200791.jpg 

Changer l’image de la maladie de Parkinson

Est- il  possible de vivre au mieux avec une maladie de Parkinson, de faire des projets, de garder confiance en soi, en l’autre, lorsque la reconnaissance sociale et les liens de solidarité font trop souvent défaut? Il est permis d’en douter. Difficile de vivre sereinement entre la suspicion, l’apitoiement, la peur ou la fuite de l’entourage. Non moins difficile d’accepter ses symptômes Parkinsoniens lorsqu’ils suscitent rejet ou hostilité sociale. Plus redoutable encore, la sous-évaluation de la maladie de Parkinson qui, de fait, n’apparaît jamais comme un problème de santé  publique prioritaire. Cette sous-évaluation se répercute dans toutes les sphères de la société. De  là la nécessité d’encourager à la mobilisation des acteurs de santé autant que les chefs d’entreprise, des politiques autant que les médias, pour que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ne soient pas laissées pour compte. Les Etats Généraux invitent à agir pour changer le regard de la société sur la maladie de Parkinson. Pour ne plus avoir honte de ses symptômes Parkinsoniens et de sortir de l’ombre. Il faut se battre tous ensembles pour combattre la maladie de Parkinson afin de mieux la vivre au quotidien.